Partager sur:

Les lieux de conseil en matière de démence sont là pour vous aider

Avez-vous d’autres questions sur la maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence? Cherchez-vous du soutien pour les proches? Souhaitez-vous convenir d’un rendez-vous pour un entretien individuel sur la démence? Tout un éventail d’offres d’information et de conseil est à votre disposition. Vous trouvez ici les principales adresses.

Conseil

Souhaitez-vous recevoir une première orientation sur la maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence? Aimeriez-vous savoir où trouver de l’aide dans votre région?

 

L' Alzheimer Suisse avec ses 21 sections cantonales est en première ligne lorsqu’il s’agit de questions autour des démences. Les personnes concernées et leurs proches y trouvent des conseils, de l’accompagnement et du soutien. Le Téléphone Alzheimer national est ouvert le lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13.30h à 17h.

 

Téléphone Alzheimer:
058 058 80 00
info@alz.ch

 

Les bureaux de consultation des organisations cantonales de Pro Senectute soutiennent les personnes atteintes et leurs proches pour toutes les questions concernant les démences au quotidien, les aspects financiers et les assurances.

 

Vous pouvez également prendre contact avec Pro Senectute par téléphone au:
044 283 89 89
info@pro-senectute.ch

Dépistage médical

Le premier interlocuteur en matière de dépistage est votre médecin généraliste. Ce premier dépistage est souvent suivi d’examens approfondis auprès de spécialistes, par ex. dans une consultation de la mémoire.

 

Vous souhaitez prendre vos dispositions en prévision de certains événements de la vie? Avec le dossier DOCUPASS pour les directives anticipées de Pro Senectute, vous consignez de manière complète les demandes, besoins, exigences et souhaits personnels en rapport avec la maladie, les soins, la fin de vie et la mort.

D’autres informations sur les démences

Vous trouverez des informations approfondies portant sur tous les aspects d’Alzheimer et des autres formes de démence sur le site Internet de l’Association Alzheimer Suisse. Vous y trouverez aussi les coordonnées des Lieux de conseil en matière de démences et des informations sur les offres soutien. Il s’adresse autant aux personnes directement concernées – malades, proches professionnels – qu’au public. L’association propose de nombreuses publications gratuites.

D'autres informations sur le thème de la vieillesse

Vous trouverez des informations sur le thème de la vieillesse et sur les bureaux de consultation de votre région sur le site Internet de Pro Senectute. Pro Senectute propose une large gamme de services adressés aux personnes âgées et à leurs proches, y compris aux personnes atteintes de démence.

 

 

Questions fréquemment posées

Les troubles de la mémoire sont un des signes annonciateurs d’Alzheimer ou d’une autre forme de démence. Mais oublier certaines choses ne veut pas dire qu’on est malade. Avec l’âge justement, les oublis sont tout à fait normaux. Le diagnostic de la maladie d’Alzheimer repose sur la présence de plusieurs symptômes. Les personnes atteintes d’un début de démence ont par exemple également des problèmes avec le langage, l’orientation, les tâches quotidiennes ou la planification. Il est important de déceler un changement aussi tôt que possible. Si vous souffrez de plusieurs de ces symptômes, il est recommandé de consulter votre médecin de famille.

Des difficultés cognitives, telles que les troubles de la mémoire, peuvent avoir des causes diverses. Si l’on en connaît la cause, elles peuvent être traitées. Il serait dommage de passer à côté de quelque chose. C’est de cela dont votre mère doit être consciente. Si la résistance est forte chez les personnes concernées, il est possible d’impliquer le médecin de famille et de lui faire part de vos observations. Ce dernier pourra aborder le sujet avec précaution lors d’un prochain rendez-vous.

Un diagnostic précoce est une condition importante à l’efficacité du traitement. De nombreuses personnes concernées et leurs proches vivent difficilement la période précédant le diagnostic. Ils remarquent que quelque chose ne va pas, mais ignorent ce qui se passe. Si le diagnostic est posé tardivement, un temps précieux est perdu. La démence ne peut certes pas être guérie, mais peut être traitée. Un diagnostic précoce permet aux personnes concernées de planifier leur avenir et prendre des décisions importantes alors qu’elles en ont encore la capacité; leur famille a accès à des conseils et à un soutien. Nul besoin de se débrouiller seul pour tout. Il existe des offres de soutien et d’aide.

Il existe des médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer et les autres formes de démence, dont les effets bénéfiques sont complétés par des thérapies non médicamenteuses tout aussi importantes. Elles aident à mieux gérer le quotidien et à maintenir les capacités existantes. Les médicaments appropriés dépendent du type de démence et de l’état de santé général. Des médicaments procognitifs sont utilisés en cas de maladie d’Alzheimer ; ils peuvent en ralentir l’avancée. Au stade initial de la démence, les dépressions sont courantes. C’est la raison pour laquelle des antidépresseurs peuvent faire partie du traitement.

Au début, les informations et les conseils pour les personnes concernées et leurs proches sont très importants. Plus ils en savent sur la maladie et ses conséquences, mieux ils arrivent à gérer la situation. Il est également recommandé de dialoguer avec d’autres personnes concernées. Au cours de la maladie, d’autres offres peuvent être utiles : service de repas à domicile, aide ménagère, services de transport, service d’aides et soins à domicile, service d’accompagnement à domicile, soutien administratif, consultation sociale, accueil de jour, vacances Alzheimer, etc. L’Association Alzheimer Suisse et Pro Senectute peuvent vous informer sur les offres dans votre région.

La manière d’être vis-à-vis de la personne atteinte de démence est importante. Il faut l’accepter telle qu’elle est à ce moment précis et faire preuve d’empathie. Les personnes atteintes de démence n’ont plus la capacité de se souvenir et restent souvent fixées sur quelque chose. Les répétitions continues peuvent être fatigantes, mais il faut tout de même tenter de rester calme. Il n’y a aucune mauvaise intention derrière ce discours répétitif. Au contraire, les questions qui reviennent sans cesse peuvent fournir des indications sur les préoccupations de la personne concernée. Essayez de vous mettre à la place de votre voisin ou de le distraire. Vous devriez éviter de le contredire ou de le confronter avec le fait qu’il répète toujours la même chose.

Le cerveau fonctionne en principe comme toutes les autres parties du corps. Bien entraîné et alimenté, il peut mieux resister aux maladies et au déclin. Lancez de temps à autre un défi à votre cerveau avec quelque chose de nouveau. Cela active les cellules et renforce les connexions entre elles. Ainsi, des activités telles qu’apprendre une langue étrangère, tester une nouvelle discipline sportive, fréquenter un cours de danse etc. ont un effet bénéfique. Une simple conversation autour d’une table dans un lieu public constitue également un entraînement cognitif. Lors de la discussion, vous devez réagir aux arguments, vous souvenir d’un film vu récemment ou d’un livre lu ; cela demande un effort à votre cerveau.

Pour les personnes atteintes de démence, il existe des entraînements de la mémoire spécifiques. Ils ont pour but de maintenir les capacités existantes et aident à mieux se débrouiller au quotidien.

Cette question n’a pas de réponse claire, car la recherche n’a pas encore fourni de réponse définitive sur le plan scientifique. Une forme rare de la maladie d’Alzheimer, l’Alzheimer précoce, est le plus souvent héréditaire. Lorsque la maladie survient plus tard, il est plus difficile de déterminer le rôle joué par une prédisposition génétique. Cela est valable également pour d’autres formes de démence. Les personnes qui s’inquiètent car un de leurs parents ou grands-parents ont souffert de la maladie devraient demander conseil.

Le médecin de famille est le premier interlocuteur avec qui vous devriez vous entretenir au sujet de vos craintes. Un dépistage commence par un examen approfondi de l’état physique. Il convient dans un premier temps d’éliminer les autres causes de problèmes cognitifs. Le médecin de famille peut ensuite vérifier à l’aide de tests relativement simples si les suspicions d’une démence sont avérées. Le dialogue entre la personne concernée et ses proches est très important. Vos observations sont tout aussi importantes. Si la démence est confirmée, d’autres examens auprès de spécialistes peuvent être utiles (par ex. dans une clinique de la mémoire). Ils permettront de poser un diagnostic aussi nuancé que possible et de trouver le traitement adéquat.

Les personnes atteintes de démence ont les mêmes besoins que les personnes qui ne souffrent pas de démence. Elles souhaitent garder leur indépendance dans leur milieu familier le plus longtemps possible. En raison de leur maladie, elles ont de la peine à s’orienter et à réaliser des tâches quotidiennes. Il se peut également qu’elles se comportent de manière étrange.

Quelques conseils


  • Abordez la personne de face, e sorte à vous trouver dans son champ visuel.
  • Etablissez un contact visuel avec la personne et adressez-lui la parole.
  • Ecoutez attentivement quand la personne parle.
  • Eviter les ambiances fébriles et la brusquerie.
  • Formulez des phrases simples et parlez lentement.
  • Aidez à compléter les mots manquants.
  • Prenez au sérieux les problèmes et les craintes de la personne atteinte de démence.
  • Faites preuve de compréhension et rassurez la personne.
  • Ne contredites pas des affirmations ou histoires incompréhensibles ou erronées.
  • Ne vous sentez pas visé par des accusations et gardez votre calme.

Vous n’avez pas trouvé de réponse à votre question?

Fields marked with an * are required